Archives de Tag: Nina Simone

Méthode Couette

J’ai pas trop apprécié d’être réveillé en pleine nuit par le bruit de la pluie qui tombait drue dans ma salle de bain. Quelle idée de laisser le velux ouvert au coeur de l’automne.
Pour éviter d’être bougon toute la journée en regardant la pluie froide marteler la fenêtre, je vais tenter la méthode couette. Auto-persuasion bien au chaud dans mon lit.
La voix de Nina dans les oreilles, les nappes sonores hypnotiques de Nicolas Jaar pour basculer dans des rêves estivaux. Rien de mieux pour se sentir bien, se sentir bien, se sentir bien. en boucle.

Nina Simone – Feeling Good (nico’s feelin good edit)

Close your Eyes ©DVLS08

VX

V comme Victoria, X comme Cross. Un joli nom qui évoque une avenue oubliée de Paris, centrale mais cachée, au croisement de tout mais protégée. Un nom chargé qui évoque la guerre et la bravoure, mais surtout la valeur des hommes. J’ai eu le grand plaisir de pouvoir découvrir le lieu récemment, avant même les derniers travaux qui précèdent son ouverture, jeudi.
j’aime beaucoup cet endroit, physiquement, spontanément. Parce qu’il sait être spacieux et chaleureux, épuré mais vivant, reposant et rock en même temps.

Val et moi avons l’honneur d’y passer quelques disques pour l’ouverture. C’est jeudi donc, demain.

Si vous voulez passer jeter un coup d’oeil, droppez-moi un message ici.

A jeudi, on va être bien.

Muse – Feeling good

Victoria Cross - la terrasse ©DVLS10

Victoria Cross - L'idole des jeunes ©DVLS10

Victoria Cross - la salle et le bar ©DVLS10

Victoria Cross - l'etage ©DVLS10

Victoria Cross - l'étage ©DVLS10

Victoria Cross - l'escalier et Venus ©DVS10

à jeudi ! ©DVLS10

et vendredi, n’oubliez pas que le Clichey Crew est à nouveau réuni à poils au Napoléon !

Pour ceux qui hésitent encore, c’est ça

Femmes

les femmes ne sont pas comme nous. Elles ne savent pas lire une carte, elles poussent des petits cris aigus, elles tirent les cheveux, elles ont les pieds froids.
Bref, une femme, en gros, ça sert pas à grand chose (pour voyager, se bastonner, se réchauffer, au moins).

Mais il y a une chose qui est pas mal chez les femmes, au moins certaines d’entre elles, c’est la voix. Pas juste pour dire « à table » ou « j’ai plus rien à me mettre », simplement pour induire une sieste ou envelopper un groove. Parce que la femme de qualité a un organe (ce qui n’en fait pas tout à fait un homme pour autant).
Izia par exemple a, malgré son jeune âge, un organe qui arrive à tirer des larmes de bonheur à pas mal de testosteronés de mes amis. Y’en a d’autres, hein, mais il faut avouer qu’on a un peu perdu en niveau général depuis que ces demoiselles oublient leur qualités premières : douceur, profondeur, variété (comme on dit dans les films spécialisés).
C’était mieux avant en fait, à l’époque où les femmes étaient des Divas. Pas en se faisant désirer, en s’offrant body and soul à la musique, en vibrant d’Amour transi, tragique ou trahi.

La preuve avec Elle, Ella.

Ella Fitzgerald – The one I love (belongs to somebody else)

Ella Fitzgerald, Copenhagen April 1970

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et si vous aimez les voix de femmes, l’excellent Adam Weatherhead s’est fendu d’un très beau podcast à leur gloire. N’hésitez pas à visiter son blog, il a plein d’autres pépites dans les poches, le Monsieur.

Pour les fainéants, c’est là : 44 minutes et 21 secondes de ravissement.

Merci les filles.