Archives de Tag: Exit Through The Gift Shop

Coulure de Couleur sur le Mur

Mardi dernier, j’étais invité avec mon petit camarade de Dimension6 à passer du son à Glazart pour la soirée en l’honneur de la sortie du film sur Banksy.
C’est toujours un plaisir d’aller faire un tour à Glazart. D’une part, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, c’est pas loin. Enfin pas loin de chez moi. Et puis la salle est agréable, et nos petits amis de Glaz accueillants.

Malgré quelques problèmes techniques qui m’ont bien pourri le set, j’ai pris un grand pied à passer du son. Parce que le public était cool, enjoué et bien éduqué musicalement, c’est à dire plutôt fan de bon hip-hop à l’ancienne, de rock méticuleusement choisi et d’électro sautillante. La seule request sonore, en toute fin de soirée (Faith de George Michael) émanait d’une anglaise, qui a eu la courtoisie de me montrer ses seins pour appuyer sa demande, et qui n’a pas boudé son plaisir sur le dancefloor alors que je lui assénais une reprise par The Boy least likely to.
Le plaisir, c’était aussi de jouer avec deux artistes du collectif 1980 qui travaillaient sur scène, juste sous notre nez, à coup de bombe, de pochoir et de pinceau, faisant émerger de petites merveilles dans une odeur entêtante. Et de les voir sourire parce que leur toile entrait en vibration avec les basses, mêlant définitivement leurs gestes et nos sons.

Merci encore à Glaz’ pour ce beau moment. En souvenir, un morceau que je me devais de passer ce soir-là, en l’honneur de tous les amoureux de l’attentat urbain.

DJ Vadim – Terrorist

Outlaws

Ce soir on est hors-la-loi.
Ce soir on fait des bêtises.
Ce soir on fait le mur.
Ce soir ça va être la guerre.

Chris Isaac – Baby did a bad bad thing

city invaderz

J’ai l’immense plaisir d’être convié, avec mes petits camarades allemands de Dimension6, à passer un peu de son à Glazart, mardi prochain. On fête l’art urbain et la sortie du film sur Banksy, Exit Through the gift shop.
On célèbre l’idée de se réapproprier la ville, l’espace et la vie, de s’y exprimer, et surtout de solliciter la vigilance de ceux qui l’habitent, s’ils le souhaitent. C’est en ça, plus qu’en l’amour des bombes et de la nuit, que je remercie la révolution de l’art urbain. Ceplaisir pris à rechercher en permanence les chats sur les toits, les stickers sur les poteaux, les pochoirs au sol et les collages sur les murs. A aiguiser et ouvrir mon regard, à traquer l’humour, le beau geste, l’ironie, la violence et la poésie, sur un coin de mur. La semaine dernière, j’ai découvert une autruche de 4 étages en plein Paris, j’ai failli en tomber de scooter de bonheur.
Banksy est à l’art urbain ce que J.C. Decaux est au mobilier du même nom : un cador, mais dont personne n’a jamais vu la gueule. Et à la rigueur on s’en fout. Ca me fait même marrer de me dire qu’il pourrait danser sur un des morceaux que j’ai mis pour lui sans même que je le sache.

« Get ready when you see me comin’
cause
I’m not running »

MP3 : Luke Vibert – Get Ready (featuring Ursula Rucker)

London 2005 ©DVLS05

dash bombing ©mcginley2000

BANKSY

Enfin un grand film sur le street-art.

merci Bansky, et merci à tous les peintres de la ville.

Poni Hoax – Drunks and Painters on Parade

Film trouvé sur SeenCity, le site de Seen, merci.