Archives de Tag: Coupe du Monde

Finale

Aujourd’hui, on saura qui des noires fougères ou des coqs bleus règnera sur le monde ovale.
Aujourd’hui on saura si les français sont capables de prendre une revanche sur eux-même pour être une fois de plus la bête noire des blacks, ou si les petits poulets se feront piétiner par les maoris.

Crouch, touch, pause, engage !

The Bees – Chicken payback

Crâne surmodelé. Des pratiques magiques étaient éxercées à l’encontre des crânes qui, par le passé, avaient été pris dans le village que l’ont projetait d’attaquer. Elles consistaient en insultes et plaisanteries très grossières à propos du manque de virilité prêté aux ennemis.

Publicités

Lettre d’Amour aux joueurs de Vuvuzelas

Cher vuvuzelophile,

J’admire l’énergie que tu mets à souffler dans ta petite corne en plastique.
J’adore la joie très simple que te procure cet instrument pas cher (j’espère que c’est le cas, sinon tu t’es bien fait enfler).
Je suis bluffé de ta capacité à rester focalisé sur la production permanente de son aux dépends de toute conversation avec tes voisins de stade, de toute attention sérieuse au match, et donc de toute réelle émotion face au jeu.
J’envie ton mépris de tout ce temps que tu pourrais passer à boire des bières au soleil puisqu’elles sont autorisées dans les stades Sud-Africains ; ton implication totale dans la recherche pure de l’ivresse mystique bien connue des sonneurs de trompe suisses ou népalais.

Je ne vois pas comment te jeter la pierre, j’ai moi même éprouvé ce plaisir de l’hyperventilation jusqu’à l’ivresse. Enfin presque.

C’était à Noël, j’avais 4 ans, et j’étais pas loin de mon premier nirvana psychotropique vu qu’en même temps que je soufflais dans mon petit sifflet en plastique (mes parents avaient déjà arraché le corps d’escargot de la langue de belle-mère que je passais mon temps à leur fourrer dans l’oreille ou dans le nez), je tournais sur moi même comme un derviche.

C’est con un derviche, ça voit pas du tout la baffe arriver. Et vu que ça tourne vite, ça empêche l’assaillant de bien viser, donc au lieu d’un avertissement sonore et rougeoyant sur mes très jolies joues (c’est mémé qui l’a dit en les pinçant quand je suis arrivé), ben ça a atteint le sifflet juste au moment ou je reprenais ma respiration.
Donc le sifflet, il est parti comme un missile de Govou, sauf qu’au lieu des tribunes, il est allé au fond de ma gorge.
Au début j’ai chialé, parce que ça m’a fait un peu mal, la baffe, et que j’étais pas très content qu’on m’ai volé mon sifflet.
Ensuite ça m’a fait marrer, parce que quand je respirais, ça continuait à faire « coin coin » tout au fond de ma gorge, et que plus personne n’osait me mettre de claque. Au contraire, toute la famille a voulu m’emmener à l’hôpital.
Moi quand j’ai entendu « hôpital », j’ai décidé de faire « pin-pon pin-pon » avec mon sifflet pendant tout le trajet, genre on dirait qu’on aurait une ambulance. Mais là je me suis rendu compte que j’arrivais pas à parler normalement, et donc à demander à Papa s’il avait un gyrophare. Et ça m’a fait un peu peur, parce que je me suis imaginé que j’allais peut-être couiner comme ça toute ma vie.

À l’hôpital, la gentille Madame Docteur m’a écouté le sifflet, avec l’espèce de walkman en plastoc tout pourri qu’ils ont, là. Et puis elle m’a fait des photos du dedans, mais pas comme pour grand-mère, juste avec un appareil photo qui déshabille. Et elle a dit qu’il avait pris le bon chemin, qu’il était trop loin pour « tenter l’extraction », et qu’il sortirait par les voies naturelles.
Moi je ne connaissais pas les voies naturelles à l’époque. Mais j’ai découvert le lendemain. C’est franchement pas agréable, surtout le petit rebord du bout du sifflet (le plus large) qui est un peu coupant mais je vous épargne les détails.

Les patrons du PSG m’ont demandé de ne jamais être violent, donc je refuse de satisfaire le désir de centaines de milliers de personnes sur Facebook qui réclament que je vous le fourre dans les voies naturelles. Parce que moi je sais ce que ça fait, un peu.

Je me contenterai de me souvenir de l’enfant insouciant et heureux que j’étais à Noël, et je vous offrirai un cadeau.

Je vous invite à un concert en Bulgarie, pour vous apprendre un peu les subtilités de la musique et du son. Une place de choix. Mieux que le premier rang ou les backstages. Carrément accroché bien serré à la façade du mur d’enceintes à côté de la scène. Pendant que quatre des plus grands groupes de Rock du Monde vous offriront tous leurs tubes.
Vous allez fondre de bonheur (comme vos tympans) et de fierté en assistant à ce moment unique : le concert commun de Metallica, Slayer, Megadeath et Anthrax. En plus je suis certain que ce sera dans un grand et beau stade.

Le plus dur pour moi dans tout ça, c’est que j’en suis à rêver que les Rosbifs soient en finale. Parce que c’est la garantie d’un stade intégralement rempli de supporters qui se foutent des Vuvuzelas parce qu’ils connaissent une multitude de chants par coeur, un pour chaque émotion ou chaque occasion, qui ont la capacité physique de les chanter pendant 90 minutes sans autres arrêts que ceux nécessaires au rafraîchissement de leur organe à l’aide de Lager locale, et qui vivent pleinement le match que certains auront payé un, voire deux ou trois mois de salaire au marché noir. Jusqu’à passer l’intégralité du temps additionnel à pleurer de joie en entonnant leur chants préférés.

Et dans mon rêve, Robin Leproux est dans le Stade. Il réalise enfin ce à quoi sert un public, une tribune, une ferveur, et nous écrit le jour même une jolie lettre pour s’excuser et me rendre mon Stade. Ma place. Ma voix. Et mes rêves.

Le football expliqué aux filles

Trop compliqué, je déclare forfait…

A la place, je vais plutôt faire mon Selecta, Ray Do Style, et vous composer mon équipe de rêve. Que du beau jeu, que du beau sexe.

Gardien

Princesse Nanou. Le seul joueur autorisé à se servir de ses mains (avec Thierry Henry) se doit d’avoir des ongles impeccables.

Défense centrale

Je fais le choix de l’expérience, de l’impact et de la complémentarité pour verrouiller un résultat ou tenir un match, c’est essentiel sur la durée du tournoi.
La paire Elisa / Danielle s’impose. Pour la capacité de défonce verbale (qui peut mener l’adversaire à péter les plombs et à se prendre un rouge en finale sur coup de boule), et pour imposer d’emblée le défi physique. Faut-il que je m’attarde sur la complémentarité ?

Ou alors je prends Anja et Kthy. Chacune 12 cm de crampons Louboutins, la semelle rouge c’est pour ne pas dénoter pendant le tacle à la carotide sur un attaquant adverse qui oserait s’aventurer près de la surface. Ceux qui auraient par miracle échappé à une « francis Llacer » avec rupture des croisés, je veux dire.

Arrières-Latéraux

Un brésilien cinq étoiles à gauche à la Roberto Carlos, c’est Rosanne. Et à droite un teuton, parce que c’est toujours eux qui gagnent à la fin et que j’aime bien le Bayern version Sagnol. On invalide donc le passeport berlinois de Rachel, et on lui colle un maillot bleu.

Centraux

Milieu de terrain guerrier, je poste deux pitbulls dans la zone de vérité pour harceler et ratisser du ballon. Nel et Chacha. visiblement George et Yo ne les ont en rien calmées, donc on a une certaine garantie d’agressivité. Et niveau complémentarité, on a quelques années de forum.

Jusque là vous suivez ? Vous avez remarqué le choix du 4-2-3-1 ? ok, on continue

Numéro 9

Meneur de Jeu : Mademoiselle Stephanie. Tout simplement la meilleure du Monde à son Poste. Capable de distiller perles et caviars, de prendre les espaces, de décaler. Le geste juste ou le geste improbable qui déstabilise toute une défense. Une artiste à la baguette, j’appelle la Zimdimzizou de la citadelle.

Latéraux

J’veux de la percussion, de la vivacité et du centre en bout de course. On part sur deux petits gabarits bourrés d’énergie à la Valbuena. Héloise et Izia pour harceler sur les ailes. Avec remplacement à 25 minutes de la fin par Alice, qui n’est pas commode, et Anne-So, élevée à l’école milanaise.

Attaquant de Pointe

À la finition, on mettra forcément une touche portugaise en l’honneur du joueur le plus cher du monde. Moro da Ascençao, des appuis magiques sur 12 cm de crampons et un sens du but égalé seulement par Papin.  Remplacée en fin de match par Laura si la taille peut faire la différence sur coup de pied arrêté, on connais la qualité de son jeu de tête. J’ai droit à un joker de luxe ? En impact player, je prends Manon parce qu’elle a la même coupe que Carlos Valderrama.

On enfile les protège-tibias et on chausse les crampons, allez les bleues, en piste.

Para One – Piste bleue

girls love football

23

La préoccupation majeure de la France aujourd’hui, le sujet qui va occuper le 20h de TF1 ce soir, et les commentaires de la moitié de l’hexagone pour le mois à venir, c’est LA liste.

Hasard horoscopique ? Après sa demande en mariage un soir de finale perdue, Coach Raymond a cette fois-ci choisi la St Estelle pour annoncer le choix de ses 23 poulains (ou chèvres, selon l’avis de chacun) pour l’Afrique du Sud.

23 joueurs qui vont devoir vivre, se battre, souffrir, gagner, ensemble, les uns avec les autres, les uns pour les autres.

Avec le secret espoir de voir enfin naître, de ce groupe aux individualités indéniablement talentueuses, une équipe qui nous fasse rêver.

Jurassic 5 – Sum of Us

Remember 2006, ©DVLS

Passe

Le foot, c’est pas que du proxénétisme et du détournement de mineure.
Le foot c’est aussi une grosse Coupe du Monde à venir (pas difficile de retenir les dates c’est calé sur Calvi), la teuf partout et peut-être en Afrique, les meilleurs joueurs du monde réunis pour faire le spectacle et de belles grosses campagnes de pub à leur gloire.
Puma a choisi Gnarls Barkley, et c’est une bonne idée.
Je sais sur quoi on va danser en jouant au foot en décembre au Mali.

Gnarls Barkley – Going On

spin it round !

La main d’odieux

Respect éternel à Thierry Henry pour nous avoir qualifiés pour la coupe du Monde de Foot de façon INOUBLIABLE.

copyright / copyleft jonz Choquel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

en musique, ça donne :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bodies of Water – Here Comes my Hand

 

Sorry, good game.