Archives mensuelles : novembre 2011

La fessée

Morceau du mois, vidéo du mois, pour la fessée on verra.

Spank Rock – « DTF DADT »

(I’m) HAPPY TWO

Pour les deux ans de DVLS, j’ai eu un très beau cadeau. En plus de plein de jolis messages et de musique.
J’adore Whitey. Le musicien le plus incroyablement méconnu des années 2000.
Et paf juste cette semaine il nous offre une préécoute de son nouvel album, que j’espère de la veine des précédents, c’est à dire fou.
Les 7’31 » offertes sur youtube sont en tous cas hyper alléchantes.

Ne reste plus maintenant qu’à espérer une sortie rapide.
Et une distribution en France.
Et un concert.
Genre à Calvi.
J’adorerais voir au milieu des cactus un mec qui a inventé une technique de stage-diving appelée « Suicide » (avec le resultat que l’on voit)

Je vous offre un  morceau du dernier album. Ecoutez, et imaginez ça en live.

Whitey – Liars, Vipers, Jokes And Fakes

Joyeux anniversaire

Aujourd’hui, D’où Vient Le Son a deux ans.

J’en profite pour remercier tous les lecteurs de ce blog, et aussi tous ceux qui m’ont aidé à découvrir de la grande musique, de belles images ou des folles vidéos.

Aujourd’hui c’est mon anniversaire, donc j’ai le droit de ne rien faire.
Allez donc fouiller dans les archives, et choisissez un mois au hasard, retombez sur un vieil article. Lisez-le. Ecoutez-le. Je vous l’offre.

Et offrez-moi de la musique en retour, tiens. Un simple lien youtube fera l’affaire.
Par exemple le morceau que vous avez le plus écouté ou kiffé ce mois-ci.

Moi je souffle (et je me gave).

 

Cours de Danse, niveau 4

Après les petites leçons de danse entamées il y a quelques semaines, beaucoup d’entre vous ont voulu reprendre l’exercice.
Et beaucoup ont abandonné très vite.
« J’ai plus le physique.
J’ai plus les jambes.
J’ai vieilli. »

Alors pour vous rappeler que 1/ sans un niveau de danse correct, vous ne choperez jamais personne en boite, et 2/ ça ne sert à rien de se plaindre, j’ai fait appel à David Toole pour une petite leçon particulière.

To Do List

cette semaine : penser à danser la disco

le MP3 est .

Kamarad

Parfois mon pote Marco Troisbandes quitte son Allemagne de l’Est et vient faire un tour à Paris.
Parfois, on se fait ensemble des soirées au point FMR, pour écouter Discodéine, Tristesse Contemporaine, Marco Dos et Superpitcher (entre autres).
Parfois, on ricane comme des crétins jusque tard dans la nuit.
Parfois, il abandonne son portefeuille au hasard d’une rencontre nocturne, et il dort sur mon paillasson en oubliant qu’il a ma clef dans la poche.
Parfois, je vais le voir quelques jours, et on fait n’importe quoi de nos doigts (peinture, sculpture, gâteaux, playlists, pillage de cave).
Et parfois, on décide de se retrouver à Paris pour passer des disques ensemble.
Ce soir, nous explorerons des typologies sonores aussi curieuses que jubilatoires, et nous tenterons de savoir qui de nos potes est le plus débile.
Ce soir, nous boirons des shots de vodka servis dans des verres sans pied sur un carrousel.
Ce soir, on vous attend au Molotov, et entre deux gorgées de vodka on vous passera évidemment ce morceau de Tristesse Contemporaine. En vous susurrant à l’oreille « I’ve got everything you need… »

MP3 : Tristesse Contemporaine – 51 Ways To Leave Your Lover
(Danton Eeprom’s 52nd Way feat. Emma Darling Mix)

« Disobey & Take action », ça se passe , 4 rue de Port Mahon à Opéra, de 22h à 2h « ou plus si ça se passe bien ».

Viens faire des bisous. Ou la Révolution. Ou les deux.

à l’eau

Je cherchais un son pour exprimer mon envie de bateau. De bouger, de flotter, de dériver, de naviguer, de toucher terre.

J’ai eu très vite envie du très beau « floating » de Jape (remixé par Prins Thomas). Alors j’ai regardé si par hasard j’aurais pas déjà posté ce morceau, pour éviter les doublons (erreur commise hier).
Et bien si, je l’ai déjà mis ce morceau. Mais pas pour les mêmes raisons. Pour des envies d’eau. Pour me glisser dedans.
Ca parlait de Pool Mouillée.
Alors c’est décidé, avant de penser à être sur l’eau, je nage. Dès demain.

Et promis, jeudi avec M3B au Molotov, on ne vous passera que des choses incroyables, hypnotiques enlevées et entrainantes propres à la pratique gracieuse de chorégraphies ondulatoires.
Et pas l’ombre d’un doublon.