FIAC OFF

Fin tardive de cette semaine thématique artistique avec mes coups de cœur du Off FIAC.

On commence au Cutlog avec les sculptures réalistes de Rainer Kurka. A l’exception de la cagole en-bronze-qui-bronze en plein soleil, rayonnante, toutes les pièces sont dans une matière mate et légèrement poreuse, très sensuelle, peinte de couleurs douces et légèrement passées. J’ai particulièrement kiffé cette femme triste et pudique qui se cache derrière sa serviette, et la gracieuse danseuse dont l’ombre est un lapin (je ne sais pas si c’est voulu mais j’aime beaucoup). Et bien sûr la cagole.

Boulot surprenant de Valentin Carron, qui, à côté d’un travail d’arts de la table (tasses, plats, vases) très réussi (épuré avec un léger mouvement donné à la main pendant la cuisson), présente ce moulage de corps de femme, une feuille de biscuit de porcelaine, déformée et plissée mais incroyablement pleine de vie.

Mon coup de cœur absolu du Cutlog : ces images de péniches et de barges vues du dessus. Des formes totémiques sur fond uni, mais où l’œil peut se perdre jusque dans les moindres détails des objets qui traînent sur le pont ou de la marchandise transportée dans la cale. Totalement hypnotisant, je pourrais passer des heures devant.

Chez la Célèbre Galeriste Florence Léoni, j’ai adoré ce vol d’oiseaux réalisé avec de vraies plumes de piafs (ou des oiseaux écrasés, peut-être, j’ai pas demandé). Plein de grace et de vie. Je n’ai pas encore eu le temps d’aller voir l’exposition de Batiste Debombourg et Lionel Sabatté à la galerie, mais je vais y aller très vite.

Au Show-Off, j’ai été fasciné par cette toile de Won Sou-Yeol, magnifiquement présentée sur un mur rouge sang. J’y vois des petites plantes aux longues racines qui germent, j’y vois de la pluie qui rebondit sur un toit et qui ruisselle le long de la façade. J’y vois beaucoup de douceur. Et de technique, je sais de quoi je parle j’ai essayé de la reproduire ce week-end  chez Baba.

Je ne sais plus quelle est la technique utilisée par H. Craig Hanna (en partie de l’aquarelle il me semble), mais ses portraits ont une vie et une intensité troublante.

Coup de cœur du Show-Off : Li-Chen. Ce taïwanais est paraît-il un Dieu vivant en Chine. Le travail du bronze est impressionnant, du doré au brun le plus sombre, par endroits aussi lisse qu’un miroir, à d’autres mat avec une profondeur (en perle on parle d’ « orient ») dans laquelle on se perd. Li-Chen travaille en équilibre entre tradition et modernité, utilisant des personnages Taoïstes mythologiques pour faire passer des messages modernes. Je veux tout. Son petit Bouddha qui atteint la plénitude de l’esprit (qui sort alors de sa tête), cette divinité des airs à la main d’or qui vole en rase-motte, et cette autre qui tente de protéger l’habitat traditionnel (ici une maison d’étudiants) alors que l’urbanisme forcené en vigueur actuellement en Chine nie totalement l’humain et le passé…

La plus drôle est le « collective consciousness » vu sur un livre consacré à l’artiste. Une sculpture qui rappellera The Human Centipède aux cinéphiles, où le chef est présenté avec un visage ridicule et une tétine dans la bouche, suivi par trois lèches-culs sur roulettes, tête rentrée dans les épaules, mais sur les oreilles, soumis et fermés.

A Art Elysée, j’ai adoré ces natures mortes de Patrice Girard. Les poissons enfermés semblent vivants, comme si on les avait surpris en pleine agitation d’un coup de lampe. On se perd dans la profondeur et les reflets métalliques de cette nuée qui émerge de la nuit.

Fascination aussi pour ce portrait de Jerome Lagarrigue, vraisemblablement travaillé à l’huile et au couteau. Le geste est incroyable d’assurance et d’efficacité.

En bon Kiddult, il fallait bien dans ma sélection un objet régressif. Alors ce sera cette série de fœtus d’hommes célèbres d’Alexandre Nicolas (principalement des super héros, mais on y retrouve aussi Hitler, Gagarine, et quelques autres). Une réflexion sur l’origine du (des) (super-)pouvoir(s). Les blocs dans lesquels flottent les mini-surhommes sont en cristal de synthèse (comme un cockpit d’avion de chasse par exemple). Ca pèse une tonne et ca a une transparence incroyable. Je VEUX le Goldorak. Et le Captain America. (trépignement, petits cris aigus).

Slick : je bloque sur cette collection de planches de skate d’artistes (theSK8room). Que des grands noms, que des merveilles. Je bave. Bon le problème c’est que pour se la péter en skatant, il faut maitriser le ollie flip pour que les gens puissent voir le dessous de la board.

Simple et magique, cet escalier qui émerge du néant du papier. Une spirale dont la perspective s’enfonce dans la feuille. Tout ça juste avec un travail de rainage.

A la Chic Art Fair, j’ai adoré ce tableau de Martin Reyna . Mélange de régularité et de fluidité, de couleurs éclatantes de pureté et de dégradés incroyables quand elles se rencontrent.

Ca doit déjà pas être évident de faire au stylo des portraits avec une telle économie de trait. Mais franchement, avec une pince et du fil de fer…

Blocage total sur cette pièce de céramique monumentale (2x2m, en gros). Une blancheur virginale pour cette effroyable scène de bataille où deux flots se percutent et se mêlent avec une grande violence, formant par endroit un magma informe, certains personnages à moitié fondus dans cet enfer.

Je VEUX cette photo. Les couleurs sont folles. La déconstruction en ligne verticales monochromes est fascinante. Et le pire : aucun photoshopage, aucune retouche, ceci est une image réelle.
Une image produite par un appareil numérique à la cellule défecteuse, qui a généré spontanément cette hallucination. Si les machines se mettent à faire de l’art…

Publicités

2 réponses à “FIAC OFF

  1. Virginie Boissiere

    Bonsoir,
    J’ai beaucoup aimé me balader sur votre blog; d’autant qu’ayant été exposante a Chic Art FAir je n’ai absolument pas eu le temps de visiter les autres foires ! et grace a vous j’ai pu en avoir un tres bel apercu , et souvent je partage vos avis et gouts esthetiques.
    je suis ravie que vous ayez apprecie l’oeuvre de Martin Reyna (que nous exposions sur notre stand); Peut on rester en contact par email, et vous tenir au courant de nos prochaines expos ? a bientot,
    V. Boissiere

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s