Archives mensuelles : mars 2011

immobile

blotti dans le dimanche
caché dans la chaleur de ma couette
emmitouflé de son,
immobile.

Toro y moi – Still Sound

(thx to Mister Superfury)

Je garde mes forces pour la fin de journée, et le Classico !

Publicités

coup de langue

Cadeau de reprise après ce petit break : deux très beaux remixes du Window Licker d’Aphex Twin, deux façons de revisiter ce pilier absolu de la musique électronique.

A déguster en regardant tomber la pluie derrière la vitre.

Aphex Twin – Windowlicker (Trentemoller X-Rated Lick)

Aphex Twin – Windowlicker (Renaissance Man Bootcut)

J’aime les filles

Save the date :
Je prends les platines de l’Andy Wahloo le jeudi 31 mars.
Une soirée entière à passer les meilleurs morceaux pour faire danser les filles. Que des morceaux qui vont vous rendre folles.

Benny Golson – I’m Always Dancin To The Music (BlackShag Edit)

HIGHER (better, faster, stronger)

Je vous abandonne quelques jours pour aller faire l’amour à la montagne.
Soyez sages. Et si je vous manque, allez fouiller dans les vieux articles…

Le programme pour moi va être très simple : sauter partout, tout le temps.

Kanye West – Get ’em High (Ratatat Remix)

Your Highness

Si vous aussi vous avez envie de me faire voler partout, venez faire un petit tour ici !

à boire et à manger

je suis un alcoolique.
J’adore ça, boire toute la nuit. Avec une petite préférence pour la vodka.
Je suis un alcoolique.
J’ai tendance à boire un tout petit peu vite. A tel point qu’on pourrait croire que je mange mon verre.
Je suis un alcoolique.
J’aime les bons cocktails, ceux qui sont exécutés subtilement et qui jouent avec chacun de leurs ingrédients.

Dent May – I’m An Alcoholic

Je suis un alcoolique, et je suis en émoi devant cette révolution écologique et gastronomique :
Absolut invente le verre qui se mange, et qui donne du goût à la boisson.
J’en bave d’avance.

les goûts et les couleurs

absolument écolo

absolument gourmand

miam-glouglou

gratte-ciel

Aujourd’hui, on va parler architecture pour changer un peu. Et en particulier de cette ville incroyable où tout est possible : Dubaï.

Dubaï, c’est le rêve pour les architectes. Parce que sur ce bout de sable posé en bord de mer, il n’est pas nécessaire de prendre soin d’intégrer l’architecture dans l’environnement. D’ailleurs, l’environnement on s’en fout tellement qu’on construit des iles artificielles plein la baie de façon totalement chaotique. Comme ça l’eau ne circule plus, et la mer se transforme en marécage pourri. Mais ça non plus c’est pas grave, parce qu’à Dubaï, y’a du blé. Beaucoup. Donc on peut mettre des turbines plein la baie pour aérer la flotte.
A Dubaï y’a tellement de blé que chaque nouvelle construction est l’occasion de participer au concours de couilles local : à qui la plus haute, à qui la plus fat, à qui la plus chère, à qui la plus folle.

Un seul but : être inoubliable au milieu de la ville, émerger, marquer les esprits.

Ma tour préférée à Dubaï, c’est la Chelsea Tower (visible sur la photo ci-dessous, la troisième de l’alignement de gauche, avec le carré blanc au sommet).

Vous vous demandez pourquoi cette fascination.
Ce bâtiment est finalement assez classique : un revêtement de verre sombre, quelques balcons blancs qui viennent rythmer la façade. Et une grande arche blanche transpercée d’une pointe au sommet. pas de quoi casser trois pattes à un chameau.

Pourtant, en de rares moment de promenade dans la ville, on découvre la tour à 90° de la vue habituellement offerte. Et on se rend compte que le bâtiment est en fait une seringue géante d’une incroyable agressivité.

Si l’un d’entre vous peut me dire si cette idée de junkie émane du propriétaire ou si c’est la création d’un architecte qui avait très envie de rigoler au nez et à la barbe du commanditaire tout en touchant plein de pétrodollars, je suis curieux de savoir…

Stéréoscopie

Je trouve la vie un peu plate.
J’ai beau passer une bonne partie de la journée à me nourrir d’images de qualité, je n’ai pas autant de facilité à m’entourer d’objets de grande facture. La dimension, le relief, l’aspect, le toucher me manquent.
J’aimerais bien que l’on puisse partager chaque instant de la vie en 3D plutôt qu’en deux. A défaut de vraie stéréo, même de simples lunettes vertes et rouges donneraient un peu de relief aux choses que j’aime.

Mayer Hawthorne – Green Eyed Love (Classixx Remix)