Dirty Harry

Je suis fan de Clint Eastwood. L’acteur, et le réalisateur. Même le Maire, je kiffe. Et proportionnelle au kif fût la déception ressentie devant Gran Torino. T’as pas le droit de me faire ça Clint. Trop de clichés, trop de miel, trop de sacrifice. Trop de belle mécanique.
J’étais donc un peu suspicieux en voyant débarquer Harry Brown. Michael Caine au secours de son cousin vengeur-carte-vermeil d’outre-atlantique.
Mais Michael, en plus d’avoir une classe folle en toute occasion, de la solitude du petit déjeuner aux discussions avec les dealers du coin, est plus faible et révolté, plus respectueux de tout et haineux. Plus dépassé que prêt au sacrifice.

Happé dès la première minute, pris par les images, envouté par Monsieur Caine, glacé par l’envie de vengeance.
L’année cinématographique commence bien.

The Dysfunctional Psychadelic Waltons – Payback Time (Jacques Lu Cont’s Thin White Duke Mix)

Cool Caine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s