Archives mensuelles : janvier 2011

Slow

J’ai longtemps pas osé vous l’avouer. Mais je vous regarde souvent sur le dancefloor, et il faut bien le dire : parfois vous ne ressemblez à rien à vous secouer comme des chiens épileptiques, en agitant les bras, en remuant la tête, en roulant des épaules, en dandinant du cul.

Un peu de dignité, merde. Cette semaine, on profite d’être tous ou presque regroupés mardi à la Villette pour reprendre la danse sur de bonnes bases : le SLOW.
On choisit une partenaire, on se redresse, on se caresse, on se roucoule des pelles. On danse à deux, doucement.

On commence avec un standard du blues étiré et éthéré pour glisser sur le parquet ciré (collés-ciré ?). Par Monsieur Jaar qui sera à la tête du line-up de cette Excentric Night ; une bonne occasion de se faire enfin une idée de son talent en live, pour ceux qui n’ont pas pu le voir au Rex.

Nicolas Jaar – I Got A Woman

Et on poursuit avec Michael Mayer et Matias Aguayo qui couvrent Kylie Minogue pour une danse à trois. Body Language au ralenti. Step down and dance with me, yeah slow.

Michael Mayer + Matias Aguayo – Slow (Kylie Minogue cover)

Une invitation à gagner pour l’Excentric Night au 5 plus beaux slows laissés en commentaires. Je veux de la grâce et de la sensualité.

Publicités

Lazy Sunday

A la cool.

Hopeton Lewis – Take it easy

cool in the pool

 

A BOIRE

Vendredi, merci mon Dieu.
Saoûlé par cette semaine,
je mérite une bière.

Buck 65 – Drunk without drinking

Unite for a Pint !

Comment se faire des amis (enfin)

Révolution dans ma maison.
Fini le 6e étage 113 marches plus haut.
Fini les fessiers d’acier.
Place à la molesse.

KC & The Sunshine Band – I get lifted

way up high

and a few enemies

un mardi de Chats

Beaucoup de plaintes hier suite à la mort du chien.

Pour compenser, aujourd’hui, on fait une journée du chat. Perso, j’aime pas trop les chats, mais internet est formel, ça cartonne.

J’ai pas trop le temps de vous sélectionner du bon LOLcat, mais si vous en voulez vraiment, y’en a des tonnes là.

Un son pour accompagner chaque chat de Sechas, mes préférés.

Pour les noctambules, mes amis de la nuit toujours un peu gris :

The Coasters – Three Cool Cats

Alain Sechas - Nuit et Jour - 2008

Pour vous les jeunes rebelles, du son pour sortir les griffes

Ratatat – Wildcat

Alain Séchas - Peace, Love... - 1999

Je vous souhaite une belle journée à tous. Paix les chatons.

Smashing Pumpkins – Hello Kitty Kat

Alain Séchas - El Pacificador - 1996

Moan Day

C’est lundi, oui je sais.
On était mieux en week-end, oui je sais.
Vous êtes paaas conteeeeeeeent, oui je sais.

Mais arrêtez de geindre, parce que ça manque cruellement d’originalité.

Si vous avez vraiment envie de vous plaindre, de gémir et de ronchonner, essayez de le faire avec un peu de classe, comme ça :
Trentemoller – Moan (Vocal Version Featuring Ane Trolle)

D’ailleurs, pour vous remonter le moral, votre boulot à vous, il est pas si mal.
Que je sache, personne ne vous a kidnappé pour vous envoyer dans cet open-space, on ne vous torture pas au taf, et on ne vous fera jamais crever au milieu du vide intersidéral pour faire triompher la révolution communiste (vu que le Grand Capital a gagné).

Alors aujourd’hui, si vous trouvez que vous bossez comme un chien, pensez à Laïka, le premier cosmonaute du monde. Et fermez-la.

La vie de Laïka, là. ou en vidéo dans le très beau clip de Trentemoller.

Cosmon'hot dog

Se faire Biolay

Salaud de Biolay.
Déjà, il ressemble à rien. Improbable fruit de l’accouplement de Droopy avec un obscur poète maudit ; élevé au rang d’ambassadeur des Bobos de la Butte (dont il ne descend que pour honorer la femme de notre bien-aimé Président) ; hérault de cette nouvelle chanson française dont le seul nom me donne la nausée.
En plus, la voix trainante et le cheveux gras devant les yeux, je trouve déjà ça pathétique chez une fille, mais chez un garçon au atteint l’Everest du ridicule.

C’était mon Johnny à moi, quoi.
Le mec que je me complaisais à détester,
Le mec que même pas je t’embrasse si t’es fan.

Et l’autre, il nous sort ça.

Benjamin Biolay – Brandt Rhapsody

Je kiffe TOUT dans ce morceau. Chaque son, sa voix et celle de Jeanne Cherhal qui se répondent, chaque mot, l’idée de ce duo résumé en collages sur un frigo.

Et j’ai l’air con. Mais j’assume.