Archives mensuelles : juin 2010

CALVI

Décollage !
Friendly Fires – Jump In The Pool (Thin White Duke Remix)

Plouf ! ©N. Doundov

Le top 3 des Stars de la World Cup

Si on fait exception de rares surprises, blagues, déculottées ou matches haletants (il y en a eu, mais bien peu), on s’est quand même bien fait chier sur les poules, faut admettre.

Voici donc le top trois des trucs qui ont réussi à nous réveiller en coupe du Monde.

Prix spécial du jury, numéro 4 mais pas loin du podium : Diego el Dies. Empereur des interviews, dézingueur d’icônes. Lui, il a le droit d’être un ancien cocaïnomane, d’être le champion toutes catégories du but de la main, et surtout de dire « sucez-moi tous la bite » après la qualification de son équipe, il ne risque pas de se faire convoquer par son président.

Number Three :

Le ballon. Celui avec lequel on marque, en tous cas celui avec lequel on devrait. Presque !!!! La faute a ces foutues trajectoires flottantes, improbables, imprévisibles. Pourtant, il n’a jamais été aussi rond, ce ballon. D’ailleurs c’est des machines qui le fabriquent, les p’tits pakis ils ne savent pas faire des ballons vraiment ronds à croire qu’ils n’ont jamais fait d’études.

Numéro Dos

Le Vuvuzela. Je ne vais pas me répéter sur le sujet, ce serait déjà le début d’une cacophonie.

And the Winner is :

L’Equipe de France, et sa palette d’émotions. Du rire, des tensions, des larmes, de la haine. On remerciera bien evidemment les autres de n’avoir pas été brillants sur le terrain et de nous permettre d’exister juste en gesticulant. On se complaira de la qualité du scénario de l’échec total, achevé, attendu. On soupirera d’avoir réussi à finaliser le spectacle avant que l’Italie, Championne du Monde en titre, ne nous vole la vedette en se faisant sortir comme à nos plus belles heures coréennes.

Vous je ne sais pas, mais moi j’attends simplement le début des 1/8e et des matches à élimination directe. On se délectera d’un spectacle sans calcul. On espèrera un vainqueur flamboyant.

Du plaisir pur, du football tout simple. Sans attente, sans honneur, sans aigreur, sans haine. Et surtout sans jugement.

Mais je vous rassure, je garde un goût amer dans la bouche. Encore plus quand je caresse le ballon qu’on m’a offert : un de ceux qui ont servi au match France-Afsud, un de ceux qui aurait dû servir à nous qualifier.

Fail, Fight, Strike : nothing is impossible

Jabulani, sur le podium

Match 34

Pe*Tanc

Tirer un trait sur le ballon. En faisant des lignes à la Pétanque.

C’est l’excellente idée qu’a eu WeBecomeAgency juste après la fin du tragicomique France-AfSud.

Rendez-vous dans un joli petit jardin caché dans le 9e arrondissement pour une pétanque-mojito. Du son estival en accord avec la météo distillé par Julia, des mojitos arrangés à volonté à grand coups de fruits frais par les barmen de Pampero, et des équipes surmotivées pour en découdre à coup de boule. Non sans au préalable avoir revêtu gants et combinaisons, puisque l’idée était de lancer des boules soigneusement enduites de peinture, afin de tenter d’imiter les lignes colorées de Tanc (qui fait aussi des lignes en boules, d’ailleurs, comme pour la très belle affiche de l’excellent festival de cinéma Européen Mamers en Mars). Pendant ce temps, Tanc peint des boules pour les gagnants (oui je sais c’est compliqué).

Boule de Tanc

Donc on joue sur toile, un verre à la main, on tente des trajectoires esthétiques et efficaces, on gère la dose de peinture et le dripping, on fait parfois des chefs d’oeuvre, à coup de fines lignes de couleurs qui se transforment en points gagnants.

Jurassic 5 Feat. Nelly Furtado – Thin Line

Ca finit par rentrer

Retour à la maison. Fini de faire les clowns avec les salières, fini de jouer les cégétistes, fini de faire rire la terre entière.

Whitey – Send Out The Clowns

Raymond, on se fait signe très vite.

Au revoir, les amis. Bon courage au nouveau Président

Hit me with music

…and I will feel no pain

Rions un peu avec le foot

…Mais ne rions pas de la France. Car la France va écraser la Soussaf, pendant que Mexique et Uruguay s’étriperont pour éviter les albicelstes en huitième (et hop ça y est on parle pointu). La France va se réveiller à l’image de ce qu’elle porte lourd, sur le coeur.

En attendant le dernier combat du Coq, continuons à profiter des poules. De ces matches incertains où l’Allemagne gagne à la fin mais pas tous le temps, où l’Espagne se prend une raclette (ou un bon hold-up) par les suisses, où tout reste possible. Même le plus improbable, même le geste raté qui change le cours d’une partie.

Mais revoyons l’action-star des poules de cette Coupe du Monde au ralenti : « dans ton cul, Green ».

Booker T. And The MG’s – Green Onions

T'avais dit "J'ai" ©DVLS10

Parce qu’on s’en fout, en fait, du foot.
C’est juste un jeu.

Erratum

J’ai commis une énorme erreur dans un précédent article footballistique. J’ai eu la prétention d’expliquer le football aux filles. Tentative vouée à l’échec, j’ai finalement préféré bâtir mon équipe de rêve, féminine.

La Femme est l’avenir du Football. Parce que pendant que l’Homme transpire de peur et de bière dans un bar, la femme tout de blanc vêtue trinque au champagne face à la pyramide du Louvre. Elle sourit, elle resplendit dans la nuit, elle séduit, elle enchante, et vous fait oublier de vous intéresser au pitoyable spectacle du ballon rond. Et puis quand la nouvelle se répand enfin, la Femme grimpe sur les tables pour danser en scandant « on a perdu, on a perdu », et donne un peu plus le sourire à tous les garçons. Parfois la femme fait du poledancing sur les lampadaires de la place, et l’homme oublie jusqu’au nom du sélectionneur.
Dans une galaxie far far away de l’Afrique du Sud, la Femme dirige l’armée de l’Empire, étouffe dans l’oeuf la rebellion bleue, et mène ses Stormtroopers à la victoire jusqu’au plus obscur de la nuit.

Use the White Force ©DVLS10

Carrousel de Victoire ©DVLS10

Je continue à travailler mon football féminin demain. Kaguyahime à l’Opéra Bastille, un ballet qui promet beaucoup plus de ravissement que celui du onze tricolore.
Et ensuite, je vais danser moi aussi en cherchant les filles cachées dans le 104, et en écoutant mes petits camarades de Clichey.

Beastie Boys – Girls