Archives mensuelles : mai 2010

Local Star

J’ai pas trouvé de créneau dans mon planning chargé pour descendre à Cannes dandiner mon petit cul de starlette sous les flashes de Nice-Matin.
C’est con, je pense qu’il y avait de quoi bien rigoler entre la Villa Schweppes, le Baron et la Divine Comédie, au moins.

Mais je n’ai pas perdu mon temps pour autant, tonton. Je fais les gros titres de la presse allemande, qui s’y connait en qualité et en branchitude. Pas un de vous ne me contredira sur le sujet, surtout pas ceux de mes amis qui ont encore perdu quelques millions de neurones récemment à Berlin.

L’intégralité de cet excellent article bourré d’incontournables conseils musicaux de très haut niveau se trouve ici, clic.

La suite dans ce tourbillon de notoriété, ce serait de faire le poster central de Corse-Matin. Je vais tout donner pour ça à Calvi. C’est dans 45 jours, j’attends avec impatience le programme détaillé.

"ambiance de folie", that's my name

(vous excitez pas sur les dates ci-dessus, ce sont celles de l’année dernière)

Publicités

End of the Game

Dernier match de la saison en tribune.
Peut-être le dernier tout court.
Je ne suis pas sûr d’avoir envie de revenir dans un Parc vide de chants pour supporter une équipe sans âme.
Le Club menace de vider les deux tribunes populaires, celles qui chantent, celles qui se répondent et rendent Paris magique, celles qui, aux dires de Léonardo, « font respirer le stade ». Deux tribunes entières, karchérisées plutôt que de  vouloir gérer quelques poignées d’agités bien connus de tous.
C’est la fin de 25 années de souvenir, dont 12 fidèlement rivé à Auteuil.

Le PSG se suicide, s’autodétruit ou se mutile, victime de sa mauvaise réputation.
On ne faisait pourtant de tord à personne.
On était juste les ultras de la Capitale,
Et notre ferveur était inébranlable.

Georges Brassens – La mauvaise réputation

En guise d’adieu à ces 12 ans de ferveur et de chants à s’époumoner jusqu’à en tomber d’hyperventilation, un petit best of de mes plus grands tubes de tribune. et les dernières images d’Auteuil.

Sunset Parc ©DVLS10

On Stage with Auteuil ©DVLS10

En-chanter le Parc ©DVLS10

c'est con j'aimais bien la vue ©DVLS10

et maintenant une petite dédicace personnelle

oui c'est à toi que je parle ©DVLS08

one more

I use to be swinging the girls ’cross the floor
And I use to be a lover like no one before
And all the girls whispered and giggled and blushed when I passed
But I know it’s true that good things never last
Cause I’m older now, much older than I was, when I was young

Jay Jay Johanson – Older Now

golden year ©DVLS10

23

La préoccupation majeure de la France aujourd’hui, le sujet qui va occuper le 20h de TF1 ce soir, et les commentaires de la moitié de l’hexagone pour le mois à venir, c’est LA liste.

Hasard horoscopique ? Après sa demande en mariage un soir de finale perdue, Coach Raymond a cette fois-ci choisi la St Estelle pour annoncer le choix de ses 23 poulains (ou chèvres, selon l’avis de chacun) pour l’Afrique du Sud.

23 joueurs qui vont devoir vivre, se battre, souffrir, gagner, ensemble, les uns avec les autres, les uns pour les autres.

Avec le secret espoir de voir enfin naître, de ce groupe aux individualités indéniablement talentueuses, une équipe qui nous fasse rêver.

Jurassic 5 – Sum of Us

Remember 2006, ©DVLS

It’s time to get away

2h45 du matin, j’ai enfin pris une bonne douche pour oublier l’étuve du concert. Entre temps il a fallu une bouteille de blanc, quelques bières et beaucoup de bonne musique pour redescendre de notre craquage de slip LIVE.

James & the LCD’s ont fini hier au Bataclan une petite tournée de test de l’album par une double date parisienne, avant de reprendre l’avion pour New York.
« sur trois roues, j’ai plus de voix » qu’il dit, en introduction en forme d’excuse… bizarrement, on ne l’a pas trop senti. Un retournage de salle en bonnet difforme©. Moi le premier, happé vers la scène impitoyablement, morceau après morceau, jusqu’à finir collé au micro de Monsieur Murphy, en duo avec Kermitt sur New York I love you (Empire State of Mind Edit).

Pour ceux qui ne savent pas pourquoi le boss du Muppet Show s’est invité sur scène, je vous invite à regarder cette vidéo jusqu’au bout.

Il est temps d’y aller, en musique et images.
LCD Soundsystem – Time to get away

crowd of friends ©DVLS10

Yeah Yeah Yeah - Yeah Yeah Yeah Yeah Yeah ©DVLS10

Getting Green... ©DVLS10

Da Frog is Hot ©DVLS10

New York I love you, en duo ©DVLS10

du calme, les filles ©DVLS10

Fin du marathon-du-live demain avec Bonobo à l’Elysée Montmartre. Quoique. Cette petite cure d’énergie musicale m’a fait tellement de bien que je songe à faire renouveler l’ordonnance…

EMERGENCY

Je crois que je suis malade.

Doctor I’ve got this feelin’
deep inside of me, deep inside of me
I just cant control my feet
when I hear the beat, when I hear the beat
Hey Doctor could you give me somethin’
to ease the pain,
to ease the pain
Cause if you dont help me soon
Gonna lose my brain,
gonna go insane
I just dont know, dont know
How I’m gonna deal with you
Doc, Doc, Doc, Doc, Doctor Beat
I just dont know, dont know
Wont you help me Doctor Beat
Doc, Doc, Doc, Doc, Doctor Beat…
wont you help me Doctor Beat
(Repeat previous line 3x)

Say, say, say Doctor I got this fever
that I cant control
That I cant control

Music makes me move my body
makes me move my soul
Makes me move my soul
Doc you better give me somethin’
cause Im burnin’up
Yes Im burnin’up
Doc youve got to find a cure
or were gonna die
Yes were gonna die

I just dont know, dont know
How Im gonna deal with you
Doc, Doc, Doc, Doc, Doctor Beat
I just dont know, dont know
Wont you help me Doctor Beat

Chorus:
Doc, Doc, Doc, Doc, Doctor Beat…
wont you help me Doctor Beat
(Repeat line 3x)

Ad Libs:
Doctor Doctor wont you please help me
You gotta help me, you gotta help me
If you got trouble cant stop your feet
Pay a little visit to Doctor Beat

Gloria Estefan – Doctor Beat

dites 33 (rpm)

NA – PO PO PO

Dieu merci,
C’est Vendredi.

Ce soir y’a Napo.

A moi les Ultimate Collins, les coupes de champ, les pintes et les tournées de shooters.
A moi les discussions sans fin sur le trottoir, les rencontres au bar et les conversations avec les ex dans la queue des toilettes.
A moi de penser à manger avant qu’il ne soit trop tard, une fois encore.
A moi les platines si l’américain, le manager communautaire et le poulpe veulent bien me les laisser un peu. J’ai des petites bombes musicales plein les poches, les enfants.

Bossez pas trop aujourd’hui.
Gardez à l’esprit que c’est vendredi.

Easybeats – Friday On My Mind
Pour ceux qui ne sont jamais venus, une petite vidéo de la dernière édition : clic !