Walking Dead

Encéphalogramme plat, mouvements désordonnés au ralenti, je suis un zombie. Résultat d’un week-end éprouvant. L’occasion est donc toute trouvée pour évoquer la meilleure BD que j’ai pu lire depuis longtemps.

Walking Dead n’est pas simplement une histoire de zombies. En fait ce n’est qu’un pretexte, un cadre dramatique qui permet à Robert Kirkman, le scénariste, de plonger dans la psychologie de ses personnages. C’est donc en partageant les émotions de la petite comunauté perdue en pleine apocalypse qu’on partage leurs peurs, plus que par la menace des zombies eux-même.

En suivant les évolutions de chaque personnage, on comprend ses craintes, on accepte la folie, on excuse la haine ou la suspicion, on ressent l’épuisement. Et l’empathie rend le décès de certains d’entre eux (forcément) parfois insupportable.

Publié chaque mois au format « comics » depuis 2003, les aventures existent aussi regroupés 6 par 6. Onze volumes à ce jour, traduits ou en VO, ce récit totalement addictif vous tiendra en haleine mieux que votre série TV préférée. Elle sera d’ailleurs très prochaiment adaptée pour le petit écran par Mister Frank Darabont. A lire avant, donc…

no brain, no headache

Metric – Help I’m alive

Metric – Help I’m alive (acoustic)

Publicités

3 réponses à “Walking Dead

  1. Pingback: The Walking Dead « Cinephaegious

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s