Echangisme

On partage ?

Il y a quelques années, à l’époque de mes brillantes (mais c’est pas ça que j’appelle la classe) et supérieures études, je partageais un grand appartement avec deux potes, et deux squatteurs quasi-permanents (ainsi que quelques filles de passage, mais là n’est pas le sujet).

Outre qu’on s’est bien marrés (et pas qu’à cause du poppers ou du dégat des eaux dans la boutique de fringues de luxe du dessous), cette collocation à cinq ou presque a eu un avantage majeur : celui de nous faire partager très intensivement (niveau sonore compris) nos émotions et découvertes musicales. Un parisien fan de ska et de reggae, un cantalou nourri à l’indie, un lyonnais jouant les b-boys en starter, un breton sautillant sur de la disco, et moi avec dans les poches un peu de tout et aussi de n’importe quoi, qui s’éduquent mutuellement, découvrent ensemble le grunge, la techno, la fusion, le trip-hop, l’abstract hip-hop, la jungle, la techno, l’electro, sillonnent l’Ouest de la France pour aller danser au concert d’IAM ou vomir à celui de Ride…

Le Cantalou est désormais Suisse, le Rennais Parisien, le Parisien Alsaco, et le Lyonnais Londonien. Mais on a tous gardés le même plaisir à débusquer de la musique et à la faire partager aux autres. D’où l’idée d’une compilation annuelle de l’été, qui regroupe les perles de chacun. Avec en général moins de 2 ou 3 doublons sur l’ensemble et une quinzaine de morceaux minimum par opus, faites le calcul ça fait une bonne soixantaine de morceaux bien frais livrés le 21 juin en bord de piscine pendant que les filles préparent le Pimm’s pour l’apéro.

Cuvée été 2009

Et vu qu’on s’arrête certainement pas d’écouter de la musique pendant l’été, et qu’il n’y a pas de mal à (se) faire du bien, on a de plus en plus souvent envie d’y aller d’une nouvelle fournée à l’approche de l’automne, histoire de se tenir chaud aux oreilles.

Ma compil à moi est partie la semaine dernière, et j’ai déjà reçu celle du Rosbif. Je ne résiste pas à la joie de vous faire partager une petite merveille tirée de ce CD à couverture de potiron (celui-là même qui ornait le perron de sa maison londonienne pour Halloween).

Morceau de circonstance pour un peu de chaleur à l’heure où les jours raccourcissent :

Music Go Music – Warm in the Shadows.

(t’as vu Milos ? que y’a pas que les minimaux berlinois qui font des morceaux de 9 minutes)

Et demain si vous êtes sages, toujours tiré de la même compil, un morceau de punk pour tout péter

Publicités

5 réponses à “Echangisme

  1. ben merde, vlati pas qu’on nous traite de parisiens! y a comme une petite pointe de nostalgie dans ce post… sinon, j’aime bien la Zouz’ du Zioux!

    • L’individu dénommé « Parisien » a, il est vrai, passé la plus grande partie de son adolescence dans le Parc de Sceaux, à se faire jeter des culottes au visage par Madonna.
      Que nos lecteurs nous pardonnent cette imprecision digne de Bernard Mendy.

  2. le débat c’est pas parisien/scéen. on est Lyonnais, bordel!!

  3. Bizarre ca me rappelle comme un truc votre histoire , sauf que dans ma version le parisien devenu Alsacien etait Lyonnais à l’origine… mais sinon pareil hein!
    Amicalement

    Un admirateur (p)anonyme

    • Héhoooooo le cagole et l’helvète, vous allez arrêter de me les briser ?
      Pour moi, durant toute cette époque, Nico était parisien (avec son troquet le long du quai de valmy et ses potes de Os’).
      Ce n’est que bien plus tard qu’il a à nouveau revendiqué ses origines quennelloises.
      Et de toutes façons c’est mon histoire donc je dis ce que je veux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s